Download Ubifrance Export Agroalimentaire - Etude Ou-exporter-En-2013 PDF

TitleUbifrance Export Agroalimentaire - Etude Ou-exporter-En-2013
TagsEuropean Union Wheat France Domestic Pig Beef
File Size5.2 MB
Total Pages162
Table of Contents
                            page de couv crise 2012 VF 1
page vierge
corps de texte où exporter en 2013 VF
page de couv crise 2012 VF 2
                        
Document Text Contents
Page 1

où exporter en 2013 ?
L’avis des experts du réseau agroalimentaire
d’ubifrance

■ Bilan des exportations agroalimentaires et perspectives
■ Evolution de la consommation et de la distribution
sur 31 marchés clés
■ Opportunités pour l’offre française

Octobre 2012

Page 81

© Ubifrance 81 



Singapour




2010/2011 2011/2012

Exportations françaises de PAA
Millions €

Évolution / période
précédente

Millions €
Évolution / période

précédente

736,6 36,7% 825,4 12,1%

PDM en% /Total des exportations
françaises

1,4% 1,5%

Classement parmi les clients de
la France

15ème rang 12ème rang


1/ Situation économique de Singapour et
évolution des grands indicateurs en
2011/2012
Après avoir enregistré une performance record
en 2010 (14,5 %), la croissance de Singapour
s’est réduite en 2011, avec un résultat de 4,9 %
sur l’année (contre une projection officielle de
5 %), l’économie ayant particulièrement ralenti au
second semestre. Pour 2012, la croissance
devrait être nettement plus limitée compte tenu
de la faiblesse de la demande externe (le taux
d’ouverture de l’économie singapourienne - 1,5
fois le PIB - est l’un des plus élevés au monde),
mais aussi de la volonté politique de moins
recourir à de la main d’œuvre étrangère. La
croissance a été de 1,4 % au T1 et de 1,9 % au
T2 2012. La projection officielle est de fait très
conservatrice, avec une fourchette de croissance
de 1 % à 3 % sur l’année, compte tenu de la
dégradation de la conjoncture internationale.
Après avoir atteint 5,2 % en 2011, l’inflation à
Singapour reste très élevée (au second rang
derrière le Vietnam s’agissant de l’ASEAN), liée à
des facteurs essentiellement internes (faible taux
d’intérêt et coût très important des véhicules
privés). Elle devrait se situer entre 4 et 4,5 % en
2012 (5,1 % en moyenne sur les 6 premiers mois
de l’année). Cette situation – faible croissance et
inflation forte – rend particulièrement délicate la
conduite de la politique monétaire qui privilégie
une appréciation graduelle du dollar
singapourien.


2/ Evolution de la consommation et de la
distribution alimentaire

2.1/ Les évolutions des habitudes de
consommation

La consommation locale des produits
alimentaires est en constante évolution. Les
Singapouriens, avec un revenu disponible en
hausse de 17,9 % en 2011 (14,2 % en 2010),
préfèrent acheter des produits de qualité
supérieure (+18 % entre 2006 et 2011). Les
ventes totales de produits agroalimentaires
consommés localement sont estimées à 6,311 M

SGD en 2011, en hausse de +8% par rapport à
2010 (source : Annual Survey of Food & Beverage Services
2011 – www.singstat.gov.sg). Si le facteur prix reste
essentiel dans la motivation d’achat « good value
for money », le consommateur est de plus en
plus exigeant sur la qualité des produits. On
constate donc une forte augmentation des
consommateurs qui achètent des produits bios et
produits certifiés halal, tandis que d’autres sont
constamment à la recherche de bons prix.
L’acception des MDD reste forte au sein de la
GMS car ils sont perçus comme des alternatives
moins onéreuses.

Ayant un mode de vie et de consommation
occidental, avec un tropisme anglo-saxon très
marqué, les ménages achètent de plus en plus
de pain, pâtes, céréales, desserts plutôt que les
aliments traditionnels (riz, nouilles). On constate
également une montée en puissance du concept
BYO (Bring Your Own – apporter ses vins au
restaurant), car les consommateurs sont de plus
en plus sophistiqués et exigent plus de
transparence sur l’origine des vins.

Connue comme la capitale culinaire de la région
de l'Asie du Sud-Est, Singapour est un pays où
l'alimentation est considérée comme un
passe-temps national. Les Singapouriens
consomment habituellement cinq repas par jour.
L'alimentation fait partie intégrale de la culture et
du mode de vie des Singapouriens, qui bien
souvent saluent leurs amis en leur demandant
d'abord s'ils ont déjà mangé et se retrouvent
autour d’un repas en dehors du domicile
(restaurants, food court, BBQ).

En outre, le nombre d’heures travaillées
augmente (45 h par semaine en moyenne) et les
Singapouriens, particulièrement les femmes, sont
plus nombreux sur le marché du travail, ce qui
leur laissent moins de temps pour préparer des
repas à la maison. Les aliments prêts à être
consommés et les plats semi-préparés surgelés
sont donc de plus en plus prisés.
La consommation singapourienne alimentaire est
estimée à 6,64 Mds SGD (4,74 Mds USD) en

Isabelle NGUYEN
Bureau Ubifrance de Singapour
[email protected]

Page 82

© Ubifrance 82



2011 soit 1 279 SGD par habitant et par an.
Selon les estimations du Business Monitor
International, un taux de croissance de 2% de la
consommation locale est attendu d'ici 2016, soit
une hausse de la valeur totale de 7,39 Mds SGD
(6,60 Mds USD).

2.2/ Les conséquences sur la distribution

2.2.1 La consommation hors domicile

Avec certains des meilleurs chefs du monde (Guy
Savoy, Daniel Boulud, Joël Robuchon etc…), les
deux complexes touristiques associés aux
casinos (Resorts World Sentosa et Marina Bay
Sands) ont contribué à une forte arrivée de
touristes (13,2 M en 2011). L’industrie
gastronomique singapourienne se positionne sur
un niveau haut de gamme : nombreux
restaurants et d’hôtels se perfectionnent pour être
à la hauteur en embauchant des sommeliers et
des chefs connus.

Avec le retour à une économie florissante, les
Singapouriens reviennent dans les restaurants.
Dopé par la hausse des arrivées touristiques et le
contexte économique favorable, le secteur de
l’hôtellerie/restauration se porte bien. La cité-Etat
dispose de 6 200 établissements
d’hôtellerie/restauration, qui ont généré 1,86 Md
SGD en 2011.

Par ailleurs, on note l’émergence du concept
« Maître de Table » dans les restaurants haut de
gamme. Afin d’offrir une nouvelle expérience
gastronomique, certains restaurants proposent de
préparer le repas au centre de la table des
convives.

2.2.2 La distribution de détail

On constate une expansion rapide des points de
vente spécialisés haut de gamme, ainsi que des
cavistes et des bars à vins. Le phénomène de
féminisation des produits de luxe s’accroît,
découlant des publicités et stratégies marketing
qui ciblent les femmes.

Les acteurs majeurs élargissent agressivement
leurs points de vente afin de maintenir leur
position de leader dans la distribution. A titre
d’exemple, les responsables du groupe Dairy
Farm ont annoncé la multiplication de leurs
supermarchés au sein de la cité-Etat (+100 points
de vente de Shop N Save, Cold Storage et
Market Place). Le groupe Sheng Siong a
également renforcé le nombre de supermarchés
de 16 à 25 en 2012. On constate que l’adoption
des nouvelles technologies est très importante au
sein des grands acteurs de la GMS.

Afin de répondre à la demande croissante de
produits bio et de nourriture certifiée halal dans la
cité-Etat, les chaînes de supermarchés ont

rapidement fait évoluer leurs offres ces dernières
années. Les acteurs de la grande distribution
(NTUC Fairprice et Cold Storage) multiplient les
références et agrandissent les rayons dédiés au
bio. On compte plus de 2 000 références bios
dans les supermarchés locaux. Par ailleurs,
Carrefour et NTUC Fairprice comptent
respectivement plus de 10 000 et 4 000
références destinées aux clients musulmans, soit
une augmentation de 20% entre 2010 et 2011.
Cold Storage, de son côté, qui diffuse les
produits certifiés halal depuis 1998, vient d’ouvrir
un coin barbecue avec des produits certifiés halal
dans le centre commercial de Causeway Point.

2.3 / Impact sur les importations

Le secteur agroalimentaire est parvenu à
maintenir une croissance positive malgré le
contexte difficile de ces trois dernières années
(épidémies, crise économique mondiale…). Avec
un montant de 9,6 Mds EUR en 2011, les
importations du secteur continuent à augmenter
avec une variation moyenne de 24% entre 2009
et 2011. Les principales sources d'importation, en
valeur, sont la Malaisie, l'Indonésie, la France,
l'Australie, la Chine et les Etats-Unis. Les
exportations françaises représentent 9% de
PDM (soit 852 M EUR), en hausse de 22%
entre 2011 et 2010.

La France est le premier fournisseur de vins et
spiritueux avec un total de 726 M EUR, soit 53%
de PDM. Sur le segment de l’alimentation, la
valeur des exportations françaises vers
Singapour est en constante augmentation (+23%
en 2011). La France jouit d’une image de qualité
liée à sa réputation gastronomique, à son savoir-
faire et à ses exigences en termes de sécurité
alimentaire.

3/ Bilan et perspectives

Un des faits les plus marquants, en 2012, sur la
scène singapourienne de l’alimentation, est la
levée de l’embargo imposé à la viande bovine
française depuis 1997 (en réaction à la « maladie
de la vache folle »), par l’autorité sanitaire locale
AVA (Agri-Food and Veterinary Authority of
Singapore). Cette mesure, qui ne porte, pour
l’instant, que sur l’exportation des viandes
désossées, issues d’animaux de moins de 30
mois nés, élevés et abattus en France, devrait
progressivement être étendue aux autres
exportations de produits bovins. Suite à une
récente mission de l’AVA en France, quatre
exportateurs bénéficient d’ores et déjà d’un feu
vert. Cette décision devrait faciliter la réouverture
d’autres marchés de la région (Indonésie,
Thaïlande, Vietnam).
Avec le retour des touristes, le secteur de
l’hôtellerie / restauration a connu une croissance
importante en 2011 (1,86 Md SGD) et appelle à

Page 162

© 2012 – Ubifrance

Toute reproduction, représentation, intégrale ou partielle, par quelque procédé que ce soit, sur quelque
support que ce soit, papier ou électronique, effectuée sans l’autorisation écrite expresse d’Ubifrance,

est interdite et constitue un délit de contrefaçon sanctionné par l’article L.335-2 du code de la propriété
intellectuelle.

La présente prestation est/sera délivrée au client dans le cadre des CGV UBIFRANCE.
Le client reconnaît en avoir pris connaissance et y souscrire sans réserve.

Prestation réalisée sous système de management de la performance certifiée BVC ISO 9001:2008

UBIFRANCE vous propose quatre gammes complètes de produits et services d’accompagnement
pour vous aider à identifier les opportunités des marchés et à concrétiser vos projets de développement
international.

• Gamme Conseil : pour obtenir la bonne information sur les marchés étrangers et bénéficier
de l’expertise des spécialistes du réseau UBIFRANCE.

• Gamme Contacts : pour identifier vos contacts d’affaires et vous faire bénéficier de
centaines d’actions de promotion à travers le monde.

• Gamme Communication : pour communiquer à l’étranger sur votre entreprise, vos produits
et votre actualité.

• Volontariat International en Entreprise (VIE) : pour optimiser votre budget ressources
humaines à l’international.

Retrouver le détail de nos produits sur : www.ubifrance.fr

UBIFRANCE
Département AGROTECH

77, Bd Saint Jacques
75014 PARIS

Tél : +33 1 40 73 30 00
Courriel : [email protected]

Etude réalisée par Ubifrance, avec le financement du Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt

Similer Documents